20 février 2019
Critiques / Quoi de neuf

Musique classique – Une soirée en famille

Post Image

Martin Prévost, Pieuvre.ca

Lundi dernier, à la Salle Bourgie, avait enfin lieu le concert Tchaïkovski et Tétreault avec l’Orchestre de chambre McGill, sous la direction de Boris Brott. On aura deviné que le Tétreault du titre c’était Stéphane Tétreault, le violoncelliste québécois dont tout le monde parle, encore. Enfin, parce que le concert a dû être reporté de plusieurs semaines pour permettre au soliste invité de guérir d’une blessure à un doigt.

Si j’ai parlé d’une soirée en famille c’est qu’il nous faut savoir que Boris Brott a fait la connaissance de Tétreault quand ce dernier avait 9 ans et qu’il l’a dirigé avec l’OCM quand il en avait 12. De plus, la première œuvre au programme a été composée par le père du maestro, en hommage à la mère de Boris Brott, elle-même violoncelliste. Et, pour finir, lorsque M. Tétreault a accepté de nous offrir un rappel, il s’est comme excusé en disant qu’il nous faisait ce cadeau parce qu’il nous aimait beaucoup. Ce à quoi a répondu une auditrice: nous aussi on t’aime beaucoup! Bon, une fois dites toutes ces belles choses, parlons musique.

Au diable la chronologie conventionnelle, le programme a commencé par l’Arabesque d’Alexander Brott, composée en 1956. Dans cette œuvre riche et expressive, le compositeur n’a cessé de naviguer entre modernité et folklore, entre l’Europe de l’Est et l’occident pressé d’en découdre avec l’académisme musical. Cette alternance des styles est tout indiquée pour mettre en valeur les talents du violoncelliste. Sans surprise, c’est ce dont a pu profiter le public en écoutant et en ressentant l’émotion du soliste constamment connecté avec son instrument, le chef, l’orchestre et le public. On sent chez Tétreault, une sorte de naïveté ou peut-être davantage une pureté d’enfant, pureté qui subsiste chez ce grand musicien devenu adulte.

Pour conclure la soirée, Stéphane Tétreault est revenu sur scène pour interpréter les superbes Variations sur thème Rococo, op. 33, toujours de Tchaïkovski. La nature de cette écriture musicale a permis au soliste de montrer davantage l’étendue de sa palette musicale et sentimentale. Cette œuvre, on ne peut dire autrement, c’est de la grande musique. Et nous avions sur scène de bons interprètes. Brott était en plein contrôle et Tétreault, si on peut dire, était en pleine expansion, tellement il emplissait la salle de sa maîtrise, de son plaisir et de son abandon. Le rappel est une pratique qui a beau être presque automatique dans les salles montréalaises, on peut dire, cette fois-ci, qu’il était bien mérité. Notre cher soliste nous a donc gratifiés de la Sarabande de la première Suite pour violoncelle seul, de Bach.

Lire sur pieuvre.ca

Jacques Ibert Henriette Renié Henriette Renié Johan Halvorsen / G. F. Haendel Franz Schubert
X