Duo violoncelle-piano

Tétreault & Scarfone

Le violoncelliste Stéphane Tétreault et la pianiste Marie-Ève Scarfone collaborent depuis plus de 6 ans et ils se sont produits sur une multitude de scènes au Québec ainsi qu’à l’étranger.

En 2015, Ils ont signé un enregistrement de musique de chambre, sur des œuvres de Haydn, Schubert et Brahms pour la maison de disques Analekta qui se retrouve sur la liste des meilleurs albums de l’année « Critics’ Choice 2016 » du magazine Gramophone et a reçu une nomination dans la catégorie Album classique de l’année au Gala de l’ADISQ 2016.

Pour reprendre les mots du critique musicale Jacques Hétu : « Stéphane Tétreault et Marie-Ève Scarfone forment un duo impressionnant, pianiste-virtuose et violoncelliste inspiré qui affichent une parfaite adéquation, une aisance dans l’exécution et une complicité totale sur scène »

Pour plus d’informations et disponibilités:
Ginette Ravary
(514) 587-2464
ginette@stephanetetreault.com

Stéphane Tétreault et Marie-Ève Scarfone se suivent et se complètent très bien sur ces vagues incessantes, imprévisibles mouvements d’une musique qui s’abandonne totalement dans un chant libéré de toute contrainte.

René-François AuclairLa Scena Musicale

En tandem avec la pianiste Marie-Ève-Scarfone, une autre « étoile » à surveiller, les interprètes s’affichent pour un hommage à Vienne. Après deux écoutes attentives, nous avons retenu la qualité du phrasé, le jeu souvent majestueux et l’évolution musicale du violoncelliste. Avec panache, mais pas trop, il dialogue de façon soutenue avec la pianiste tout en faisant ressortir la « fluidité du texte ». Allez, encourageons l’art de demain.

Christophe RodriguezJournal de Montréal

Cette complicité entre Stéphane Tétreault et Marie-Eve Scarfone – musicienne accomplie elle aussi – contribue à créer des moments musicaux impressionnants et inoubliables.

Victoria OkadaResMusica

Dès les premières notes du Divertimento de Joseph Haydn, les deux musiciens donnent un aperçu de leur savoir-faire. C’est un plaisir de les voir jouer, un plaisir vite partagé par l’assistance nombreuse. Les chauds applaudissements qui font suite à la pièce de Haydn ne trompent pas. Ils sont sincères et viennent du cœur.

Jacques HétuResMusica

Stéphane Tétreault a d’emblée joué Haydn avec beaucoup de subtilité. Ses attaques étaient très finement dosées. L’Arpeggione était tout aussi positivement surprenante : légère et chantante, jamais enlisée dans une fausse contemplation. La transition entre le 2e et le 3e mouvement était un pur bijou, une sorte de digression de l’archet, qui coulait de source. Marie-Ève Scarfone apporte beaucoup de musicalité, de finesse et de souplesse.

Christophe HussLe Devoir
Jacques IbertHenriette ReniéHenriette ReniéJohan Halvorsen / G. F. HaendelFranz Schubert
X