13 avril 2017
Nouvelles

Stéphane Tétreault et l’OSL

Benoit LeBlanc, Courrier Laval

Avant de quitter pour les États-Unis et l’Europe, la vedette montante du violoncelle mondial, Stéphane Tétreault, s’arrêtera non pas une, mais bien deux fois en sol lavallois pour des prestations aux côtés des musiciens de l’Orchestre symphonique de Laval (OSL).

D’abord, le prodigue québécois s’attaquera au morceau de choix qu’est le Concerto pour violoncelle no 1, op. 107, de Chostakovitch, lors du grand concert Âme russe présenté dans la soirée du mercredi 19 avril.

«Les Russes ont un sens grandiose de la mélodie et ne cachent pas leurs émotions!»
Stéphane Tétreault, violoncelliste

«Ce compositeur a marqué mon maître à penser, Yuli Turovsky, à qui il a enseigné au Conservatoire Tchaïkovski avant que celui-ci fasse de même avec moi, de raconter Stéphane Tétreault. Touchante et déchirante, son œuvre a habité ma jeunesse et mon apprentissage.»

Le jeune musicien de 22 ans se souvient des récits de Turovsky lui relatant l’oppression vécue par Chostakovitch sous le régime soviétique de Staline.

«Il s’endormait tout habillé sur le sofa, près de la porte, ses valises toujours prêtes, si jamais la police débarquait pour l’emmener, de mentionner Stéphane Tétreault. Il a survécu pour s’exprimer dans sa musique qui est empreinte de tristesse, puissance et désespoir.»

Habitué au concerto qu’il vient jouer à la salle André-Mathieu, le violoncelliste en connaît l’exigence autant physique que lyrique.

«Il ne faut pas tout donner dans le mouvement initial qui est très énergique, précise-t-il. Il y a une peine camouflée qui s’approfondit dans les deux segments suivants avant d’exploser dans la finale. Ce concerto ne laisse aucun répit.»

Lire sur CourrierLaval.com

Jacques IbertHenriette ReniéHenriette ReniéJohan Halvorsen / G. F. HaendelFranz Schubert
X