25 septembre 2012
Critiques

Un nouveau CD pour Stéphane Tétreault, Fabien Gabel et l’OSQ

Richard BoisvertLe Soleil

Si on se fie à l’enthousiasme qu’elle suscite chez les musiciens rencontrés hier lors du dévoilement de la nouvelle saison, hier soir, la nouvelle programmation de l’Orchestre symphonique de Québec (OSQ) s’annonce prometteuse. Mieux encore, on sent qu’avec l’arrivée de Fabien Gabel à la direction musicale s’ouvre un nouveau chapitre dans l’histoire de l’OSQ.

Le CD réalisé au Palais Montcalm avec l’Orchestre symphonique de Québec (OSQ) et son chef Fabien Gabel arrive chez votre disquaire préféré mardi. On y retrouve des oeuvres de Saint-Saëns (Concerto en la mineur, Allegro appassionato, Le cygne) et de Tchaïkovski (Variations sur un thème rococo et Pezzo capriccioso).

De la chance, Stéphane Tétreault en a décidément beaucoup. Depuis le mois de janvier, il joue sur le « Comtesse de Stainlein », un stradivarius de 1707 qui a jadis appartenu à Paganini. Bernard Greenhouse, du trio Beaux-Arts, a vécu 54 années de passion quasi amoureuse avec l’instrument avant que la mort les sépare, en mai 2011.

Quelques mois plus tard, le violoncelle est mis en vente. Grâce à la générosité de la mécène Jacqueline Desmarais, Stéphane Tétreault devient à 18 ans l’heureux titulaire d’un bijou de six millions de dollars. Ce privilège lui est octroyé pour une durée indéterminée.

Le bénéficiaire entend le conserver le plus longtemps possible. « Il y a beaucoup de secrets à apprendre d’un tel instrument, dit-il. Il vous donne la possibilité de vous améliorer. Mais le plus important, c’est de se rappeler qu’on n’a pas l’instrument pour rien et qu’on doit lui faire honneur. Et pour ça, il faut continuer à travailler. »

Lire sur Le Soleil

Jacques IbertHenriette ReniéHenriette ReniéJohan Halvorsen / G. F. HaendelFranz Schubert
X